La Revue de Gestion des Ressources Humaines (no. 85) accueille l'article « Travailler au sein d’un pôle de compétitivité ouvre-t-il des perspectives de carrière aux chercheurs ? » rédigé par Jean-Denis CULIE, professeur en management des ressources humaines et responsable de l'équipe TemPOS au sein de l'axe de recherche Management et Entrepreneuriat à l'EM Normandie.

Résumé de l'article :

L'objet de cet article consiste à étudier l’influence de l’insertion dans un pôle de compétitivité sur le regard que les chercheurs portent sur leur carrière. Il s’attache à observer comment cette influence s’exerce et quels sont les facteurs qui sous-tendent ces perceptions. Le travail s’appuie sur le cadre théorique des boundaryless careers (Arthur et Rousseau, 1996). Deux de ses dimensions ont été plus particulièrement étudiées : les compétences individuelles de carrière (knowing, DeFillippi et Arthur, 1996) et la mobilité psychologique (Sullivan et Arthur, 2006). Une recherche exploratoire a été menée sous la forme d’entretiens auprès de 42 chercheurs qui travaillent dans des organisations adhérentes à Minalogic, pôle de compétitivité mondial de la région grenobloise. Les résultats sont synthétisés dans une typologie qui classe les individus selon l’influence perçue par la présence du pôle de compétitivité d’une part sur leurs compétences de carrière et d’autre part sur leur mobilité psychologique. Quatre catégories sont ainsi mises en exergue : les indifférents, les veilleurs, les épargnants et la « pole position ». Le projet professionnel, la participation ou non aux activités soutenues par le pôle et le domaine technologique dans lequel ils travaillent expliquent principalement pourquoi les chercheurs intègrent différemment la dimension liée au pôle de compétitivité dans leurs représentations de carrière.

Contact : Jean-Denis CULIE

E-mail : jd.culie@em-normandie.fr