Louis Haincourt, Dealer de Coque

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Louis Haincourt, j’ai aujourd’hui 19 ans et j’ai fondé mon entreprise Dealerdecoque.fr à 15 ans (Ou plutôt 16 ans, si on veut rester officiel). Je suis entré à l’EM Normandie en 2013, après le concours SESAME et aujourd’hui, je gère mes deux activités d’étudiants et d’entrepreneur.

Louis HAINCOURT 

Pouvez-vous présenter rapidement votre projet ?

Dealerdecoque est une entreprise née un peu par hasard, chance et surtout envie. Hasard car à la base, je cherchais une coque originale pour mon iPhone 3G en 2010, cela coûtait au minimum 30€ en magasin et j’ai remarqué qu’il y avait la possibilité d’acheter des lots en Chine via Paypal. J’avais un peu d’argent sur mon compte Paypal, j’ai donc acheté un lot de 100 pièces. Aujourd’hui, je me dis que c’était vraiment osé de faire cela, en effet envoyer 125$ en Chine, sans savoir si on allait avoir quelque chose en retour…

Et finalement, 10 jours plus tard, j’ai reçu mon premier colis de coques ! J’en ai gardé 10, de 10 couleurs différentes et je revendais les autres coques entre 3 et 4€ à mes amis et à des inconnus sur le bon coin. Cela devait s’arrêter là puis je suis tombé en « rupture de stock », mes amis m’en ont redemandé, j’ai de nouveau passé commande en Chine et ainsi de suite. J’ai vendu plus de 3500 pièces de ce modèle, c’est grâce à lui que j’ai aujourd’hui une entreprise aussi développée.

Depuis 2012, j’ai décidé d’arrêter avec la Chine, après des complications avec des fournisseurs, les normes françaises ainsi que la gestion des stocks. J’ai décidé de fabriquer en France, j’ai donc investi dans des machines, notamment suite à un passage sur M6 qui a réalisé en 48H plus de 26 000€ de chiffre d’affaires, en un an et demi cumulé, je n’avais fait « que » 18 000€ de chiffre d’affaires … (Il m’a fallu, avec ma mère, plus de 3 semaines pour tout expédier). Une aubaine pour ma petite activité, démarrée avec 100 € sans autre investissement.

C’était également un jeu/pari pour voir si mes 100€ allaient faire des petits, au pire, j’aurais beaucoup appris (et j’ai beaucoup appris). Avec ces machines, je produis aujourd’hui pour de grandes marques en goodies, ou produits destinés à la vente, des coques parfois vendues 50€ dans le commerce, voire plus par des artistes connus, qui ne réalisent que 2-3 exemplaires de chaque coque.

J’ai une grande capacité de production mais aussi une grande souplesse dans ma production, je peux fabriquer qu’une seule coque, faire des échantillons très rapidement et surtout, répondre rapidement à une commande. Cela me permet de gagner beaucoup de contrats, en plus de mes tarifs imbattables pour une production française.

Pourquoi avez-vous décidé de créer votre propre entreprise pendant votre cursus ?

Je n’ai pas vraiment eu le choix de créer cette entreprise …
Elle s’est développée petit à petit. Aujourd’hui, si je continue, c’est surtout parce que c’est une passion, très enrichissant et cela me permet de mettre en pratique mes cours. Grâce à l’entreprise, je peux également financer une partie de mes études, et j’espère, à terme que cela financera totalement mes études. Gagner un SMIC mensuel, cela n’est peut-être pas énorme pour un chef d’entreprise, mais c’est très conséquent pour un lycéen/étudiant, sachant que l’on a peu de coût à supporter. Aujourd’hui, l’entreprise se développe beaucoup, les profits également, cela me permet d’investir et m’évite de faire appel à des investisseurs extérieurs, je souhaite pour le moment que l’entreprise vive d’elle même, comme beaucoup de start-ups. Le pire, est que ça fonctionne, il y a beaucoup de concurrence, mais la plupart n’arrive pas à dépasser les 2 ans dans ce domaine, Dealerdecoque a un réel avantage, c’est proposer des prix bas avec des produits de qualité, égaux à ceux vendus à 30-35€ dans des boutiques fixes et un avantage, pas très loyal, la publicité « gratuite » des médias sur mon parcours d’entrepreneur.

Comment l’EM Normandie vous accompagne-t-elle dans la réalisation de votre projet ?

Je ne suis pour le moment qu’en première année et j’ai pourtant beaucoup appris avec l’EM Normandie, j’ai appris à gérer seul ma comptabilité, (l’entreprise est un très bon exercice de révision dans ce domaine !) j’ai également appris à vendre, adapter mon service client pour essayer de garder un client, même un client mécontent car cela arrive à toute entreprise, surtout sur le web, j’ai vraiment progressé dans de nombreux petits points, que je mets en pratique sur le site, je me rends compte que les cours sont la plupart du temps très proches de la réalité et qu’ils s’adaptent très bien à une petite structure comme Dealerdecoque.

Quelles difficultés rencontrez-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je suis dans une phase où je gagne beaucoup mais pas assez pour embaucher quelqu’un à temps plein, et c’est mon principal soucis car j’ai énormément de tâches à réaliser et en plus des cours, si on souhaite avoir une vie sociale, c’est parfois compliqué et surtout chronophage.

J’ai également développé la partie B2B de l’entreprise qui représente près de 50% du chiffre d’affaires mais les horaires de Dealerdecoque ne collent pas forcément avec celles des entreprises (14H/21H30), ce qui me fait perdre certains contrats.

Sinon, tout va bien merci !

Quels messages pouvez-vous faire passer aux étudiants de l’EM Normandie ayant une idée ou un projet de création d’entreprise ?

Il faut y aller, ne pas hésiter à se lancer mais prendre son temps et réfléchir aux éventuelles difficultés, liées à la création d’une entreprise. Il ne faut pas hésiter à demander des aides financières également aux collectivités, je ne l’ai pas fait et j’aurais dû car c’est possible et cela peut donner un vrai coup de pouce, rien qu’un local pour l’entreprise.

Il ne faut pas hésiter à prendre contact avec l'InsIDE de l'EM Normandie qui propose un parcours Entrepreneurial, pour avoir une adresse, un contact intéressant car l’entreprise née au début avec le réseau et c’est aussi cela qui m’a permis aujourd’hui de me faire un nom sur la toile. Mon jeune âge d’entrepreneur combiné à certains contacts dans les médias, a joué une grande part de la survie de l’entreprise.

Ce n’est pas vraiment un conseil, mais cela peut rassurer, à l’EM Normandie, que ce soit nos amis ou des anciens de l’école que l’on n’a jamais vu, ils sont toujours prêts à aider le projet et aujourd’hui, 1% de mes clients sont des étudiants ou anciens étudiants de l’école, et je crois que c’est ce qu’il y a de plus exceptionnel, voir ses amis, ou connaissances croire dans notre projet professionnel.

Quelle est votre devise ?

Il n’y a rien à perdre, tout à gagner (mais bon, il faut garder une vie sociale quand même).

En savoir plus sur Dealer de Coque